La nomination de Sylvie Goulard aux Armées étonne et interroge

Alors que la France combat activement le terrorisme sur plusieurs fronts à travers le monde, la nomination de l’eurodéputée et membre du Modem Sylvie Goulard comme ministre des Armées du gouvernement d’Edouard Philippe étonne.

D’abord par la disparition du mot « défense » au bénéfice du mot « Armées » que les anciens militaires et leurs collègues du renseignement extérieur interprètent comme une possible volonté de placer l’ex-ministère de la défense sous le contrôle rapproché – et offensif – du président de la République Emmanuel Macron.

Ensuite par l’inquiétude des positions présumées très pro-européennes de Sylvie Goulard alors que les sensibles questions de défense et de renseignement restent un pré-carré national quand bien même existe une réelle volonté de coordination et de coopération au niveau européen.

Enfin par le manque présumé d’expérience et de connaissance concrète des « affaires militaires » de la part de la nouvelle ministre. Sylvie Goulard est toutefois expérimentée en relations internationales et européennes notamment comme chercheuse associée au CERI-SciencesPo de 1999 à 2001.

Mais et sous toute réserve ne semble-t-elle pas expérimentée en matière de terrorisme et/ou d’opérations extérieures. « Cette nomination tranche avec l’expérience étendue de Jean-Yves le Drian en matière de questions de défense, » indique un ancien officier de l’armée de terre.

« Espérons plutôt que cette nomination découle de la volonté de faire de la défense une priorité décidée au plus haut niveau (à l’Elysée ndlr), » tempère un autre passé par le renseignement extérieur. Autre point sensible, où est passé le Secrétariat d’Etat aux Anciens Combattants ?

Citations

« Qu’est-ce qui est patriotique ? Un patriotisme européen. » (Sylviegoulard.eu, discours à Hamburg (Allemagne), Société patriotique, 23 juin 2015)

« Les Européens paient aujourd’hui le prix de leur négligence : absence de politique étrangère commune digne de ce nom, inexistence d’une police des frontières et d’une Europe de la défense, » (Le Point, 25 août 2015)

« Un sursaut appelle une action sur trois plans : la sécurité externe, via l’Europe de la défense ; la sécurité interne (réfugiés / Schengen et police) ; l’amélioration des performances économiques européennes. » (Sylviegoulard.eu, 14 novembre 2015)

« Depuis des années, avec une incroyable désinvolture, les gouvernements ont laissé l’Europe de la défense en déshérence. Les budgets militaires sont réduits, la vision stratégique collective est inexistante. » (Sylviegoulard.eu, 14 novembre 2015)

« Le président de la Commission européenne a récemment appelé les Européens à se doter d’une armée. Mais seuls les Etats membres peuvent donner vie à l’Europe de la défense. Or la France a du mal à obtenir le soutien de ses partenaires pour frapper au Mali ou en Syrie. » (Les Echos, 17 novembre 2015)

« Les souverainistes peuvent jouer sur la peur, ils ne prouvent pas que les Etats-nations peuvent s’en sortir seuls. La solution (au terrorisme) passe aussi, en partie au moins, par Bruxelles, » (Les Echos, 17 novembre 2015)

Notes

Sur deux années de mandat européen depuis sa réélection en 2014, Sylvie Goulard ne parle pas de défense dans sa lettre d’information de juillet 2016. (Sylviegoulard.eu, juillet 2016)

Cyceon ne reçoit aucune subvention et son indépendance coûte cher, votre soutien est crucial :

Je m'abonne


Votre bannière ici à partir de 20 EUR CPM

Nous Suivre

facebooktwitterlinkedinrssmail