Après Khashoggi, peu d’impact diplomatique pour l’Arabie Saoudite

Alors que le « Davos du désert » enregistre de nombreuses annulations, l’Arabie Saoudite est au cœur de la polémique internationale après l’assassinat présumé du journaliste saoudien et résident américain Jamal Khashoggi dans le bureau du consul saoudien à Istanbul (Turquie).

La montée en puissance du prince héritier Mohammed Ben Salmane (MBS) a ravivé l’espoir d’une modernisation sociale et d’une métamorphose économique du Royaume saoudien mais cet épisode pourrait l’avoir gâché, au moins pour quelques temps.

En effet et considérant l’importance diplomatique et financière de l’Arabie Saoudite dans les politiques extérieures et commerciales de ses homologues occidentaux au premier rang desquels les Etats-Unis, nous évaluons que l’impact international de l’affaire Khashoggi sera probablement limité sur le long terme et aura plutôt des effets à l’intérieur du pays.

Pour deux raisons que sont d’abord le soutien ouvertement exprimé par le président américain Donald Trump au gouvernement saoudien depuis le début de la crise, ensuite le message probablement reçu « fort et clair » par les citoyens saoudiens expatriés qui auraient pu être tentés d’exprimer quelque désaccord avec la nouvelle donne politique aux commandes à Riyad.

Enfin, étant donné l’importance stratégique donnée à l’isolation de l’Iran dans la politique extérieure américaine, il est improbable de voir Washington altérer profondément ses relations avec Riyad quel que soit le résultat des élections de mi-mandat.

© Cyceon, reproduction interdite sans autorisation écrite.