Plus de sources d’instabilité politique et économique à moyen terme

Le vote en faveur du Brexit au Royaume-Uni en juin 2016 suivi par l’élection de Donald Trump à la Maison Blanche en novembre 2016 ont marqué le début d’une suite ininterrompue et croissante de développements à haut potentiel d’incertitude.

Plus de trois ans après leur victoire, les pro-Brexit bataillent toujours aussi durement avec les anti-Brexit tandis qu’une part significative du peuple britannique se radicalise puisque le Brexit – qui fut démocratiquement voté – n’est toujours pas concrétisé.

De même aux Etats-Unis où le mandat de Donald Trump déchaîne encore les passions comme s’il venait tout juste d’être élu par surprise et dont la politique étrangère et commerciale, de la Chine à l’Iran, suscite une inquiétude accrue sur les marchés boursiers et fragilise les perspectives de croissance économique mondiale.

Pareil en Allemagne où la chancelière conservatrice Angela Merkel se fait doubler à gauche comme à droite et notamment par le parti AFD dont les scores record en Allemagne de l’est laissent présager un bouleversement du paysage politique national à moyen-long terme.

L’essoufflement des exportations allemandes signale la fin d’une décennie de grande prospérité, ouvrant potentiellement la voie à moins de docilité de la part de partenaires européens comme la France et l’Italie où la droite « populiste » se place également en challenger sérieux de « l’establishment » pour les prochaines échéances électorales.

Du point de vue de Cyceon, le développement important réside dans la transformation en seulement quelques années – et donc plutôt rapide – de foyers de stabilité en sources d’instabilité et d’incertitude augmentées.