Parce que la crise sanitaire du coronavirus Covid-19 frappe durement les pays occidentaux, les pays doivent redoubler d’ingéniosité pour pallier la pénurie d’outils de protection – notamment en masques, gels et tests – livrés par les gouvernements.

Avec plus de 20.000 décès au 20 avril 2020 et traversé par une crise politique naissante au motif d’impréparation gouvernementale face à la pandémie, un partenariat public-privé a réuni parmi les meilleurs ingénieurs issus des industries françaises les plus avancées afin de fournir un grand nombre de respirateurs.

Considérant le coût significatif de chaque unité – évalué à plusieurs dizaines de milliers d’euros, une équipe d’entrepreneurs et de médecins a créé un respirateur simple à fabriquer pour un coût de production quarante fois inférieur.

Doté d’une subvention de l’Agence d’innovation de Défense (AID), des médecins des CHU de Nantes et de Grenoble, des chercheurs du Commissariat à l’énergie atomique (CEA) et des ingénieurs de l’entreprise Renault Sport spécialisée dans la Formule 1* se sont relayés pendant dix jours et vingt-quatre heures sur vingt-quatre pour élaborer un prototype désormais en attente d’une autorisation de l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM).

Lancé le 13 mars 2020, le projet CLEAR (CEA List Emergency Assistance for Respiration) a produit deux prototypes : CLEAR-M, un dispositif de monitoring permettant d’améliorer les respirateurs d’urgence et de transport, et CLEAR-R, un système d’assistance respiratoire d’urgence.

« Ils ont eu le grain d’audace folle dont nous avions besoin et se sont fixés le défi de mettre en route en quelques semaines des respirateurs simples à fabriquer. C’est un respirateur 100% français, » s’est félicité Laurent Wauquiez, Président de la Région Auvergne Rhône-Alpes et partenaire du projet.

En accord avec le CEA, la société bretonne BA-Healthcare, près de Rennes, sera le premier industriel à produire quelques milliers d’unités CLEAR-M. Enfin, si plusieurs centaines d’unités pourraient être produites d’ici quelques semaines, un transfert industriel a été engagé avec les groupes Renault et Seb pour une production à plus grande échelle.

* De nombreuses entreprises ont participé au projet à travers le collectif Makers For Life dont Altran, Extia, STMicroelectronics, HP France, Legrand, Michelin, Parrot, Tronico, Diabeloop, SleepInnov

Les informations publiées sur Cyceon.com ne constituent pas un conseil en investissement.

Newsletter

Lire plus

Autres Articles...