La crise sanitaire devrait générer une dépression économique mondiale d’une durée encore difficile à évaluer mais aussi, logiquement, augmenter les tensions à l’endroit de faiblesses préexistantes.

Ce devrait être particulièrement le cas en zone euro où l’Italie, l’Espagne et la France pourraient connaître des développements financiers inquiétants à mesure que leurs dettes publiques et leur coût augmentent.

La décision de la cour constitutionnelle allemande visant à obliger la Bundesbank à prouver que l’achat de dettes souveraines des pays membres de la zone euro, dont l’Italie, est conforme à son mandat accrédite cette hypothèse.

Aussitôt, le spread entre les taux à 10 ans italien et allemand est fortement monté pour atteindre 250 bps, pour se situer nettement dans la borne haute depuis le début de la crise sanitaire du coronavirus Covid-19.

Une nouvelle crise de la dette souveraine à l’instar de celle qui mena la zone euro au bord du gouffre en 2011 paraît donc possible si la Bundesbank ne participait plus au programme d’achats (PSPP) mené par la Banque centrale européenne (BCE).

Les informations publiées sur Cyceon.com ne constituent pas un conseil en investissement.

Newsletter

Lire plus

Autres Articles...